Logo du disclamer
Pour visiter ce site vous devez avoir l'âge légal pour acheter et consommer de l'alcool. S'il n'existe pas de législation à cet égard dans votre pays, vous devez être âgé de 18 ans au moins.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Contrées

Agricultrices-viticultrices : ép. 04 Pascale Croc

Partager

SERIE DEVELOPPEMENT DURABLE

Nouvelle rencontre sur les routes du Cognac. En Bons Bois, ce sont Pascale Croc et Garry Charré qui m’accueillent. Leur domaine ? La Ferme de l’Orée, une ferme de 120 hectares en agriculture biologique où ils cultivent la vigne mais aussi des pois chiches, des pois cassés, des lentilles, du chanvre et du tournesol.

 

A la découverte de la polyculture biologique

Pas de fausse piste : la Ferme de l’Orée, comme le nom le laissait supposer, jouxte bien un petit bois.  On est ici sur la commune de Thézac, dans cette région des Bons Bois, l’un des six crus de l’appellation Cognac, où la polyculture est encore très présente. 

Le domaine de Pascale Croc et de Garry Charré mêle ainsi la production de légumes secs et d’huiles vierges à 26 hectares de vignes certifiés en agriculture biologique. Dans le vignoble, Pascale Croc – car c’est elle qui s’occupe des vignes quand Garry suit plutôt les autres cultures – n’est pas vraiment une inconnue. Car c’est avec ses raisins qu’on assemble le Cognac Hardy VSOP Organic, emblématique cuvée de l’Union de Coopérative de Viticulteurs Charentais (Unicoop) !

Le couple, qui a rejoint la coopérative il y a trente ans, a très tôt pris le tournant de l’agroécologie. « Nous avons fait nos premiers essais de désherbage mécanique il y a vingt ans puis nous les avons étendus à l’ensemble du vignoble. En 2008, nous avons ainsi décroché la certification ISO 140001, qui est une norme environnementale internationale », retrace la viticultrice. 

La conversion au bio

À la fin des années 2010, l’élan de l’association Isonis, à laquelle Pascale et Garry avait adhéré pour obtenir l’ISO 14001, tend néanmoins à s’essouffler. Mais le duo est lancé et il ne va plus s’arrêter. « Pour nous, les bases étaient posées, on a donc continué à travailler de notre côté avec une conviction forte : « un retour en arrière vers la chimie n’est plus une option envisageable ». » La démarche de conversion à l’agriculture biologique s’ouvre en 2012 et la certification est délivrée en 2015. 

Leur prochain objectif est la double Certification environnementale Cognac & HVE mise en place par l’Interprofession du Cognac. « Elle est complémentaire à la certification bio en couvrant plusieurs problématiques environnementales, comme la protection de la biodiversité ou la gestion de la ressource en eau. Et puis la dynamique est collective, ce qui est très stimulant. »

Biocontrôles, traitements en biodynamie…

Pascale et Garry sont des chantres de l’action collective, celle qui permet de partager expériences et résultats. Depuis huit ans, ils appartiennent ainsi au réseau de fermes pilotes DEPHY qui rassemble des viticulteurs volontaires pour tester des pratiques vertueuses. Eux ont choisi de réduire les doses de cuivre en accroissant les biocontrôles à partir d’huiles essentielles d’orange douce, de purin d’ortie et de prêle. « Notre ambition est d’aller vers des pratiques toujours plus saines. »

La démarche qui est la leur est effectivement globale. Le vignoble est enherbé un rang sur deux, avec un travail du sol pour le premier rang et une tonte annuelle pour le second. L’hiver, les vignes se couvrent ainsi de féveroles (pour capter l’azote du sol), d’avoine et de cameline (pour ameublir le sol grâce au système racinaire à pivot ou chevelu de ces semences d’inter-cultures). 

Pascale et Garry testent aussi les tisanes biodynamiques dont l’apport permet de vivifier la plante… Une envie d’aller toujours de l’avant, que justifie Pascale : « Les scientifiques font de la recherche fondamentale. Mais la recherche appliquée est entre les mains des viticulteurs. Dans nos vignes, nous devons prendre la part qui nous revient afin de produire mieux. C’est notre responsabilité. »

À suivre…

Pascal Croc portrait

Eurl Le Petit Bois
5 route de chez Barraud 17600 Thézac

 

à découvrir également

Du pépiniériste au viticulteur

TRANSMISSION | Viticulteur et pépiniériste œuvrent côte à côte pour le vignoble...

Œnologue de laboratoire

MÉTIERS Définition et savoir-faire de l’œnologue de laboratoire...

De la vigne au verre

Les Charentais ne sont pas vignerons...
commentaire